Épargne de précaution : pourquoi est-ce indispensable ?

Prévue pour protéger des impondérables et en limiter l’impact financier, l’épargne de précaution est un élément indispensable de l’économie des ménages. Mais s’il est vivement recommandé de conserver un « matelas de sécurité », il peut être difficile d’en estimer le montant idéal. Combien mettre de côté, où placer son épargne de sécurité et comment la constituer, retrouvez toutes les réponses à vos questions ci-dessous !

Sommaire

Qu’est-ce que l’épargne de précaution ?

Épargner, tout le monde ou presque sait ce que cela veut dire. Il peut s’agir d’économiser pour un projet immobilier, un voyage ou un achat important. Pourtant, avant même de penser à placer 300 000 euros, vous devez constituer votre épargne de précaution. Finary vous explique ce que c’est, et pourquoi elle est indispensable.

Quelle est la définition de l’épargne de précaution ?

L’épargne de précaution, également appelée épargne de sécurité, correspond au capital que vous avez à votre disposition en cas de coup dur. Ce dernier doit être disponible rapidement afin de faire face à une situation imprévue : grosses dépenses de santé, perte d’emploi, déménagement, chaudière qui rend l’âme, achat de voiture, etc.

Elle est rassurante et représente en quelque sorte votre « filet de sécurité » face aux aléas de la vie. C'est un outil indispensable dans votre stratégie de gestion de patrimoine.

Contrairement aux assurances, votre épargne de précaution est gratuite, et peut même vous rapporter dans certaines conditions. Vous ne dépendez de rien et n’avez pas d’autorisation à obtenir pour l’utiliser à votre guise. D’autant plus que les contrats d’assurance ont tendance à inclure de plus en plus de petits incidents qui peuvent être facilement couvert avec l’épargne de sécurité, au détriment des grands risques tels que l’habitation ou le dommage aux tiers.

Finary calcule automatique l'épargne de précaution idéale pour vous

Je découvre

Pourquoi se constituer une épargne de précaution ?

L’épargne de précaution vous permet avant tout d’anticiper les coups durs et les impondérables tout en conservant une tranquillité d’esprit. Elle vous évite notamment d’utiliser votre découvert ou d’avoir recours à un ou plusieurs prêts à la consommation, garantissant ainsi une sérénité financière à long terme. De fait, cette somme doit être (re)constituée en priorité.

Mais ce n’est pas là sa seule utilité.

En effet, cette somme facilement déblocable est également source de bonheur ! Une étude publiée par l'American Psychological Association établit une corrélation entre la trésorerie disponible et le sentiment de satisfaction. Elle a ainsi démontré que les participants ont une vision plus positive de leur situation financière et de leur vie en général, tous revenus confondus, lorsqu’ils réussissent à constituer une réserve de liquidités accessibles.

Selon cette étude, le sentiment d’accomplissement et de bien-être découlerait donc non seulement du niveau de revenus, mais aussi de l’épargne de précaution. C'est une découverte très intéressante qui permet de mieux comprendre la psychologie des investisseurs !

💡 L’avis de Finary

Vous constituer une épargne de sécurité devrait être une priorité absolue. Il s’agit réellement d’une somme dédiée aux événements imprévus. Vous ne pouvez (devez) pas vous en servir d’apport pour placer 500 000 € par exemple !

Quel montant pour l’épargne de précaution ?

Le montant de l’épargne de précaution dépend de critères liés à la situation de chacun, mais aussi de votre capacité à épargner et à réduire votre train de vie en cas de coups durs.

Quels sont les critères pour définir le montant de son épargne de précaution ?

Le montant de votre épargne de précaution n’est pas un simple chiffre standard. Il doit répondre à deux besoins :

  • faire face aux dépenses imprévisibles
  • assurer votre tranquillité d’esprit

Et varie selon plusieurs critères :

  • votre âge
  • votre situation familiale : célibataire, marié, en couple, avec ou sans enfants
  • votre situation professionnelle : salarié, en CDI, en CDD, intermittent, indépendant, etc.
  • vos revenus
  • vos frais fixes

La situation professionnelle est un point majeur à prendre en compte, puisque c’est elle en général qui produit la majorité des revenus d’un foyer. En cas de perte d’emploi par exemple, si vous êtes salarié, les revenus de remplacement comme les allocations chômages pourront vous aider à faire tampon entre deux situations, vous pouvez donc vous contenter d’une épargne de précaution de 3 mois. En revanche, si vous êtes indépendant, intérimaire ou intermittent, vous ne pouvez pas compter dessus, il est alors indispensable de viser un montant d’épargne de précaution plus élevé pouvant allant jusqu'à 6 mois.

Comme chaque personne et chaque situation est différente, il y a lieu de prendre en compte tous les paramètres qui vous sont propres. Là où une personne se sentira sereine avec 5 000 € de côté, une autre aura besoin du double. Il n'y a pas de bonnes réponses, chacun doit définir la somme qui lui permet d'envisager sereinement l'avenir.

A noter que vous pouvez utiliser un excel patrimoine pour suivre votre épargne, ou bien passer par une solution moderne et sécurisée comme Finary.

Finary vous permet de construire une stratégie d'épargne sur-mesure

Je découvre gratuitement

Comment déterminer le montant idéal de son épargne de précaution ?

Traditionnellement, les conseillers en gestion de patrimoine suggèrent d’épargner entre 3 et 6 mois de salaire. Cependant, ce montant est trop imprécis pour répondre clairement à la question.

Pour déterminer le montant de votre épargne de précaution, vous devez déjà estimer votre budget de fonctionnement minimum. Ce dernier correspond au montant dont vous avez besoin pour vivre chaque mois pour couvrir vos dépenses essentielles et incompressibles. Il exclut les dépenses loisir. Une fois ce montant obtenu, il vous suffit de le multiplier par le nombre de mois de trésorerie que vous souhaitez constituer.

Vous obtenez alors un montant d’épargne de précaution de base : il s’agit du nombre de mois que peut financer votre capital sans aucun autre revenu, avec un train de vie réduit au minimum.

Exemple : une famille dispose d’un budget mensuel de 4 000 €. En retirant tous les éléments superflus (abonnement tv, sport, cinéma, restaurant, soins, etc.), son budget diminue à 3 000 €. Pour s’assurer une épargne de sécurité de base, il lui faudra épargner entre 3 et 6 mois de budget, soit entre 9 000 € et 18 000 €

Cette fourchette peut être pondérée par la sinistralité potentielle. Il s’agit du ratio probabilité/ampleur de l'événement impondérable. De fait, un locataire célibataire sans enfant et sans voiture a nettement moins de risques sur le papier de faire face à une grosse dépense qu’un couple propriétaire avec deux enfants, un chien et deux voitures. Plus cette sinistralité potentielle est élevée, plus votre épargne de précaution devrait l’être également.

💡 L’avis de Finary

L’épargne de précaution est loin d’être une science exacte, et bien des facteurs peuvent influencer son montant. Chaque situation est unique, par conséquent, chacun doit trouver la somme qui lui apporte un confort psychologique et économique suffisant. Les familles ont tendance à avoir besoin d’une épargne plus élevée que les personnes célibataires pour se sentir en sécurité, les locataires n’ont pas forcément besoin d’anticiper de gros travaux immobiliers, etc.

Comment constituer son épargne de précaution ?

Constituer une épargne de précaution prend du temps, aussi, plus vous commencez tôt, plus vite vous atteignez un niveau de trésorerie satisfaisant et en adéquation avec les évolutions de votre vie.

Par exemple, pour épargner 5 000 €, il vous faudra entre 10 mois et 4 ans selon votre capacité d’épargne :

  • 100 € par mois: environ 4 ans
  • 200 € par mois : environ 2 ans
  • 300 € par mois : environ 1,5 ans
  • 500 € par mois : 10 mois

En prenant l’habitude de mettre de l’argent de côté régulièrement, vous vous assurez une sécurité financière.

La règle des 50-30-20 est une bonne base pour vous apprendre à épargner efficacement :

  • 50 % de vos revenus dédiés aux dépenses courantes : logement, énergie, communication, courses alimentaires, transports, etc.
  • 30 % de vos revenus dédiés aux loisirs : sorties, restaurants, voyages, cadeaux, etc.
  • 20 % de vos revenus dédiés à l’épargne, de précaution ou non

Exemple : selon cette règle, un ménage gagnant 2 400 € devrait dépenser 1 200 € pour sa vie quotidienne, 720 € pour ses loisirs et épargner 480 €.

A noter que les personnes adeptes du FIRE auront certainement besoin de moins d'épargne en raison d'un train de vie très maîtrisé.

Finary permet de suivre votre patrimoine en ligne et en temps réel

Je découvre

Quel placement choisir pour son épargne de précaution ?

Le critère n°1 de l’enveloppe abritant votre épargne de précaution doit être sa disponibilité. En effet, vous devez pouvoir disposer de votre argent plus ou moins immédiatement pour pouvoir répondre à un besoin urgent. Aussi, il est conseillé de placer votre argent sur un livret défiscalisé tels que le Livret A ou le LDD (Livret de Développement Durable). Hors de question d'investir en bourse cette épargne.

Pour être rentable, la rémunération de ce dernier doit être supérieure à l’inflation, malheureusement, la plupart des livrets sont donc a priori exclus si vous souhaitez faire travailler votre argent. Vous pouvez cependant vous tourner vers un LEP (Livret d’Epargne Populaire) si vous y êtes éligible, ou une assurance vie fonds en euros à condition que les conditions de retrait soient souples et rapides (24h maximum).

Toutefois, une fois votre épargne de précaution minimum atteinte, ne vous arrêtez pas d’épargner !

Vous pouvez alors envisager des produits plus rentables, mais moins disponibles, comme l’assurance-vie ou le PEA. Cela suppose de pouvoir y laisser une somme plusieurs années, pour que votre opération reste fiscalement intéressante. À terme, votre argent peut vous rapporter quelques dizaines d’euros pour les placements les moins risqués, voire plusieurs milliers d’euros pour les plus audacieux.

L’atout majeur de l’épargne de précaution est de vous permettre d'aborder des investissements plus rentables (mais aussi plus risqués) en toute sérénité puisque qu’en cas de coup dur, vous pourrez faire face aux évènements imprévus sans avoir à liquider vos investissements avant un horizon défini.

Vous pouvez également utiliser le surplus de votre épargne pour créer un cercle vertueux : placer 400 000 € dans l’immobilier ou dans la bourse par exemple, et diversifier ainsi vos sources de revenus et générer des revenus passifs, qui permettront à leur tour d’augmenter le montant de votre épargne de sécurité, etc.

💡 La solution de Finary

L’épargne de précaution est un élément indispensable pour assurer une base solide à votre sécurité financière. Elle est votre assurance face aux aléas de la vie et peut vous tirer d’une mauvaise passe sans avoir recours à une aide extérieure, généralement plus coûteuse. Cette autonomie vous permet de vivre sereinement. Pour la conserver, l’idéal est d’utiliser les placements financiers sans risques tels que les livrets d’épargne ou l’assurance vie fonds en euros. Bien que peu rémunérateurs, ils offrent l’avantage indéniable de garder votre argent à disposition immédiate. Pour parer à toute éventualité, vous pouvez même conserver quelques centaines d’euros chez vous !

Foire aux questions

Envie d’en savoir plus ?